top of page

Claude et Janine

Le dimanche matin, je traine souvent sur le marché au puces.

Ce que je préfère, c'est les boites avec de la correspondance; j'espère toujours y trouver une pépite.


Hier, j'ai passé une heure, inconfortablement installée, à entrer un peu de la vie de Claude, en lisant les lettres et les cartes rassemblées dans un petit panier, au fond d'un carton.


Et j'ai trouvé deux pépites dont cette lettre que Claude envoie à Janine. Ce qui attire mon regard c'est qu'il a pris la peine de peindre un paysage.

Il a dû la rencontrer après la guerre, car toutes les lettres pendant la guerre sont adressées seulement à ses parents.

Il a une vingtaine d'années lorsqu'il rencontre Janine, peu avant ou pendant son service militaire (j'ai trouvé sa date de naissance dans le fichier MatchID qui répertorie les décès à partir de 1970). Il est alors envoyé en Afrique du Nord.

Dans la lettre qui suit son départ, je comprends qu'il se sont fait part de leurs sentiments, sans doute ont-ils échangé leurs 1ers baisers. Il lui écrit son attachement et son espoir de la revoir, tout en la laissant libre de rependre sa vie comme avant, si elle ne se sent plus amoureuse. Il lui répète plusieurs fois ; si elle ne l'aime pas, elle peut continuer sa vie comme avant. Sa délicatesse est touchante.


Il lui explique aussi que malgré le manque et la tristesse, la distance et la durée éprouveront leurs sentiments et les rendront plus forts s'ils sont sincères.


Il faut croire que ce fut le cas car cette lettre que je retranscris est écrite plus tard. Un faire part indique qu'ils se marièrent en avril 1949.

Je n'ai rien trouvé sur les sites généalogiques et je n'ai pas le temps d'entreprendre des recherches en espérant trouver des descendants pour leur remettre ces deux courriers que j'ai achetés. D'autant que, lorsque l'on trouve les effets personnels dispersés à même le sol sur les marchés, c'est que personne n'est venu vider la maison.

Mais j'adorerais avoir ce temps.


Je demande souvent aux personnes que j'accompagne ce qu'ils savent de leur naissance, de leur conception, du couple de leurs parents, si c'est un mariage d'amour ou pas, etc....


Je ne sais pas si Claude et Janine eurent des enfants, mais ce dont je suis certaine c'est qu'ils se sont mariés amoureux.


Allanche le 18 août 1948


Ma chérie,

Me voici déjà depuis trois jours loin de vous !

Trois longs jours, qui, pourtant, passent assez vite. Il me tarde de plus en plus de vous voir Jannou !

Avez-vous demandé vos vacances ? Sont-elles acceptées ? Écrivez-le moi vite. Je comptais sur une de vos lettres aujourd’hui, mais après renseignements à la poste, le courrier met deux jours. J’espère en avoir une demain.

Ici, chérie, le temps à l’air de se mettre au beau, mais il fait assez froid. Portez-vous des bas et un manteau avec votre veste américaine imperméable en cas de pluie, car ici un orage est très vite arrivé.

Cet après-midi, nous irons avec la voiture porter un colis pour des amis à quelques kilomètres d’ici. J’ai pu me procurer 30 litres de tickets d’essence qui nous permettront de faire des excursions dès votre venue.

Ma chérie, sachez encore et toujours, que je pense à vous et que mon cœur sans cesse est près du vôtre (je pense que tout ce que je vous dis là est réciproque).

Écrivez-moi vite mon amour pour me donner de vos nouvelles qui, j’espère, seront des meilleures.

Vous transmettrez pour moi, à votre maman, ainsi qu’à Paulette et Michel, mon meilleur souvenir (combien a-t-il usé de pots de peinture et combien de fois a-t-il cassé le pistolet ?)


Chérie, la levée va bientôt être faite et je suis obligé de clore ma lettre. En attendant la grande joie de vous lire bien vite.

Recevez de celui qui vous aime ses plus doux baisers et ses plus affectueuses pensées.


A demain mon Amour et du courage.


Votre Claude



39 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

ความคิดเห็น


bottom of page